Salut  !

 

Comme le temps passe vite... Je m'en veux de ne pas avoir donné de nouvelles plus tôt, mais j'ai été happée par le tourbillon de la vie, ou version moins glamour, le calage de l'organisation de la rentrée, les activités extra-scolaires, et autres trucs fabuleux qui font qu'aujourd'hui, j'ai hâte hâte hâte que les enfants partent en vacances !

Les petits tracas, la mauvaise humeur sans vraies raisons reviennent bien vite après les traitements. En fait, c'est comme pour tout, quand on est dans le tumulte, on se dit : "C'était bien le calme, je ne me rendais même pas compte de la chance que j'avais" - se maudissant d'avoir osé se plaindre de broutilles alors que dans le "tumulte" on SAIT ce que c'est "les vrai problèmes".

Mais, nous sommes des humains, et on prend vite pour aquis/dû le retour à la normale oubliant nos moments de détresse.

En fait, c'est pas plus mal, ça veut dire que la vie, le quotidien reprend le dessus. Je ne dis pas que c'est comme si rien ne s'était passé, mais presque. C'est peut-être ça, la résilience...

Bilan physique : Mes cheveux repoussent (mais toujours trop lentement - bon OK j'ai déconné avec le blond et il a fallut couper pas mal...), j'ai arreté les anti-dep' que j'ai commencé à prendre quand PB est tombé malade. Du coup, j'ai grossi et je n'aime pas du tout ce corps qui se dilate... Mes cils par contre, n'ont jamais été aussi longs ! J'ai testé un produit de dingue, ça a mis 2 mois à agir, mais aujourd'hui le resultat est là. 


Bilan moral c'est dur "après". Tu passes de très entourée à quasi rien. Après tu t'habitues. Mais après "après" c'est encore autre chose. D'assez indéfinissable. Une sorte de down après le gros shoot de force qui a été nécessaire pour affronter Wolfgang. Ce shoot m'a boostée, m'a fait me sentir forte et courageuse, j'en avais besoin. Maintenant, presque un an plus tard, je suis en descente. Je croyais avoir aquis un peu de confiance en moi. C'est parti. Peut-être même que j'en ai encore moins qu'avant. 

cap 061016

A part ça tout roule ! je sais que ça va passer, et qu'il m'attend plein de bonnes choses, je sais aussi - mon pote Fyon (prononcer Fa-yonne) me l'a dit - que septembre est une période de dépression pour beaucoup de français. Et maintenant, on est en OCTOBRE ! Donc c'est parti pour l'automne, les cèpes, les blanquettes de veau, les grosses écharpes moelleuses et la préparation des fêtes d'hiver aux senteurs de canelle, potirons et tout... Prenons soin de nous !  

Et comme je sais que vous aimez la bonne musique :

Ciao a tutti !